Le tactile du mois #5 : Chain Chronicle

Suite à la récente annonce de son adaptation animée (et dont la musique du trailer donne envie), j’ai décidé de vous parler un peu de Chain Chronicle, un RPG training card sorti en juillet 2013 sur iOS et août de la même année sur Android. Développé et publié par un studio qui n’est autre que Sega, et free-to-play parmi tant d’autres, qu’est-ce que ce jeu tactile a de plus que les autres pour créer tel engouement ?

chain-chronicle-13
Et pour une fois, un jeu traduit en français !

En résumé

Vous voilà sur Yggdra, un continent fantastique où humains et esprits de la forêt, tels que des fées, vivent en harmonie. Bien évidemment, des troubles-fête qui n’aiment pas les paillettes et les tacos décident de mettre un peu le bazar : on les appelle the Black Army. S’opposant au « Roi sacré », ils tentent de conquérir le continent et éliminent son souverain, continuant leur course à la victoire sans vraiment se soucier du bonheur et des pâquerettes.
Dans ce malheureux contexte, le héros (c’est vous, coucou !) décide de créer l’armée des volontaires pour aider autrui, faire le bien autour de lui, balancer des petites fleurs et taper du méchant. Au cours de ses missions, il rencontrera Phoena, qui dans une très grande originalité se trouve être amnésique, avec dans ses mains un mystérieux bouquin semblant renfermer un grand pouvoir…

Vous avez l’impression d’avoir déjà vu cette histoire ? C’est normal, elle n’a rien d’innovant. On n’en demande pas forcément tant pour un free-to-play, cependant, quand un jeu a l’ambition d’être un RPG, il est peut être intelligent de le faire bien, la gratuité n’étant certainement pas une excuse pour expliquer le manque flagrant de rebondissements originaux dans le scénario principal.
En revanche, Chain Chronicle se rattrape sur les histoires propres à chaque personnage du jeu. Ces derniers possèdent tous leurs forces, styles et compétences et se présentent sous forme de carte nommée « Arcane » ; plus ils sont rares, plus ils sont puissants et surtout, plus vous pouvez débloquer de compétences. Pour cela, il vous faudra réaliser des quêtes qui vous permettront de connaître le background de chacun ; certains étant très clichés, d’autres plus fouillés ou attachants même s’ils sont nuls au combat (triste réalité). Le petit plus agréable : chaque personnage possède ses phrases fétiches et son propre doubleur, le tout laissé en japonais.

chain-chronicle-11   chain-chronicle-12

En ce qui concerne le gameplay, ce dernier s’organise sur un damier de six cases par six. Vous pouvez y déplacer vos personnages en temps réel lors des combats. Chacun possède trois à quatre vagues d’ennemis que vous devez bien évidemment vaincre.
Il existe plusieurs types de personnages : les guerriers qui tapent fort, les paladins masochistes qui servent de rempart, les prêtres (souvent des prêtresses, étrange !…) qui soignent, les magiciens et les archers qui tapent fort aussi, mais à distance. Votre équipe se compose nécessairement de quatre personnages, à laquelle s’ajoute un allié que vous devez sélectionner en début de partie ; le héros d’un autre joueur, en somme.

Chaque personnage possède une compétence, que vous pouvez déclencher avec des gemmes distribuées entre chaque vague de monstres. Certaines sont défensives, mais la plupart du temps, elles sont offensives et peuvent être dévastatrices.
Vous pouvez améliorer votre équipe en vous débarrassant de vos autres arcanes, soit vos personnages, en les fusionnant et en y mettant quelques Golds, la monnaie du jeu. Il en va de même pour les armes que vous pouvez faire évoluer avec les cartes appropriées.

chain-chronicle-8   chain-chronicle-9   chain-chronicle-15

Pour faire progresser l’histoire, il faudra vous déplacer de ville en ville et réaliser des quêtes. La carte du monde s’avère être très vaste, et plus vous recrutez de personnages, plus il y aura de quêtes, rendant la durée de vie du jeu incroyablement longue.
A partir de là, Chain Chronicle possède une bonne base pour rendre le jeu intéressant et attractif. Néanmoins, comme beaucoup de free-to-play, il possède un énorme défaut : la répétition.

Eh oui, c’est bien malheureux, mais comme à chaque fois, ce genre de jeu manque d’enjeux et finit par être délaissé dans un coin de votre bureau pour un autre qui, vraisemblablement, subira le même sort. Les combats manquent terriblement de difficulté et l’histoire, trop simple, nous empêche de nous accrocher durablement.
Pourtant, Chain Chronicle possède de nombreuses qualités et de bonnes idées, sa force résidant bien évidemment dans le nombre quasi illimité de personnages, permettant au joueur d’avoir ses préférences, capable de créer une équipe composée intégralement de lolis ou de bishônen s’il le désire. Malheureusement, si Sega n’a pas manqué d’ambition sur le plan communicatif, il a dénigré son jeu autour du concept de base du free-to-play, n’apportant en nouveautés que nouvelles arcanes, ce qui, sur le long terme, devient inintéressant pour tout joueur ne cherchant pas à dépenser tout son argent de poche dans le Play/App store. Néanmoins, Chain Chronicle reste un jeu intéressant et à essayer, ne serait-ce que par curiosité ; car rien n’est à jeter. Il manque juste de profondeur.

chain-chronicle-14

En conclusion

En réalité, si l’annonce de l’anime est récente et va sûrement faire parler un peu plus du jeu, il existe déjà un manga, terminé en trois volumes, sorti entre 2014 et 2015 ; et également un artbook magnifique. De plus, le jeu bénéficie aussi d’une version PS Vita depuis juillet 2014, sans oublier une série d’épisodes de 5 minutes sortis de septembre jusqu’en décembre de la même année. En outre, Chain Chronicle n’en est pas à ses premiers balbutiements et progresse tranquillement au fil de sa popularité.
Une belle histoire pour un jeu qui, même si intéressant, manque encore d’enjeux et de péripéties scénaristiques pour devenir un véritable must-play. Dans ces conditions, un peu difficile d’imaginer un anime surprenant, tant l’histoire est classique. En revanche, la variété des personnages donne un certain espoir, et difficile de ne pas s’attacher à cette petite fée so moe !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s