Le jeu tactile du mois #1 : Deemo

Salut les copains ! Ce mois – ci, j’ai décidé de sortir de ma radinerie et de lâcher quelques euros afin de profiter pleinement de ma nouvelle lubie : Deemo !

Il s’agit d’un petit jeu développé par Rayark Games, sorti en 2013 sur iOS et Android au prix de 2,12 euros. Une adaptation sur PS Vita est prévu depuis deux ans, mais pour le moment, il faudra se contenter d’y jouer sur smartphone ou tablette !

Parlons-en

Bien évidemment, avant toute chose, il faut un minimum aimer les jeux de rythme pour apprécier le gameplay. En soit, le principe n’a rien de novateur : il faut toucher son écran au bon moment selon le rythme de la musique. L’originalité ici ne se concentre pas sur un point particulier mais sur un ensemble de choses, à commencer par le tactile. Eh oui, c’est bête, mais lorsqu’on est habitué à jouer sur une console, jouer avec les doigts uniquement ça donne une perspective supplémentaire à un jeu ! Deemo alterne deux types de notes : celles qu’il faut taper, et celles qu’il faut slider. Le reste n’est qu’affaire d’agilité ! Tout est dans le doigté, c’est bien connu (non, je n’ai pas honte de faire cette blague) !

Vous allez me dire : ok, mais en quoi ça vaut plus le coup que Piano sur lequel je peux en plus jouer sur du Britney Spears ? Je vous répondrai : l’univers, mes amis.

unnamed    deemo-13f54f-h900

Cela se sent rien qu’à la patte graphique : Deemo est plus qu’un simple jeu de rythme. En effet, les partitions s’alternent avec des phases d’exploration en point and click. La valeur ajoutée, ce sont les cinématiques qui, sans aucun dialogue, permettent d’énivrer le jeu d’une poésie et d’une délicatesse merveilleuses. L’histoire est assez simple, et sûrement prévisible, mais les personnages sont adorables et on se retrouve rapidement pris dans l’intrigue en cliquant sur tout ce qui bouge afin d’espérer obtenir une partition, ou un indice. Plus on avance, plus l’invraisemblable manoir nous ouvre ses portes autrefois verrouillées, nous plongeant davantage dans un univers étrange. Le but, c’est de faire retrouver la mémoire à notre petite héroïne, tombée d’une fenêtre dans les bras de Deemo, un être muet physiquement inhumain. Au fur et à mesure de l’histoire, la jeune fille dévoilera sa curiosité et son envie d’explorer les lieux, et ainsi comprendre qui est Deemo et son étrange amie, la femme masquée. Rayark nous plonge littéralement dans un conte de fée avec un fond musical transcendant toute la poésie du jeu.

Parlons d’ailleurs des musiques : il s’agit, après tout, de vos véritables compagnes de jeu contre lesquelles vous allez vous frotter farouchement en caressant votre écran du doigt. Le maître mot, c’est le piano : le scénario tourne autour et il reste l’instrument star de chaque piste musicale. Honnêtement, toutes les musiques ne sont pas jolies et certaines sont carrément démodées  (façon techno histoire de vous replonger dans la fin des années 80). D’autres sont plus travaillées, plus agréables et d’autres encore sont simplement des chefs-d’oeuvre : le jeu nous montre une nouvelle force, celle de se posséder de nombreux compositeurs différents pour varier les styles, et les plaisirs.

017    Deemo_Cutscenes_-_Part_11

Les musiques sont nombreuses, à une condition : payer. Voici la face obscure de ce petit bijou : comptez 2 euros pour le jeu, et 3 euros supplémentaires pour chaque set de 4 à 6 pistes. Le total s’élève à presque 30 euros. Aïe. Néanmoins, tout le monde vous le dira : il vaut largement son prix, et ne revient au final au même tarif qu’un jeu sur console, moins cher même, puisque vous pouvez également sélectionner les compositeurs que vous préférez.

Il n’est pas cependant pas nécessaire de débourser plus que le jeu en lui même pour le terminer ou en profiter : presque 40 pistes, la plupart débloquables au fur et à mesure de votre avancement, sont jouables à l’infini en mode facile, normal ou difficile sans compter l’ajustement de vitesse qui peut pimenter davantage votre partie. En revanche, et particulièrement jusqu’à l’introduction du jeu, le peu de chansons débloquées risquent de vous rendre las en raison des innombrables répétitions pour obtenir des points supplémentaires. Chaque score vous donnera un nombre de points, ces derniers vous permettant d’atteindre des paliers débloquant des nouveaux lieux où des cinématiques. Ou alors, vous pourrez simplement frimer en comparant vos scores : il y a, après tout, toutes sortes de joueurs.

Ma piste préférée à ce jour
Ma piste préférée à ce jour

En conclusion

Deemo, c’est bien plus qu’un jeu de rythme : c’est une perle tactile. L’univers, l’atmosphère, les musiques et les personnages, le tout à un prix dérisoire pour une telle qualité. Avouons-le : on ne trouve pas de jeu de ce calibre tous les jours sur le playstore (ou l’appstore, ne soyons pas racistes). Alors, à la place de vous acheter un pain au chocolat, ravalez votre gourmandise et foncez pour télécharger ce petit bijou qui mérite sa place dans vos fichiers !

Publicités

Une réflexion sur “Le jeu tactile du mois #1 : Deemo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s